Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Une échographie mensuelle pour les femmes enceintes vivant dans les zones touchées par l’épidémie de Zika

Le principe de précaution est désormais appliqué dans la lutte contre le virus Zika. Ainsi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé la mise en place d’une échographie tous les mois pour les femmes enceintes vivant dans les territoires concernés par l’épidémie.

Cet examen mensuel sera pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale, sans avance de frais. Il a pour but de permettre de détecter toute malformation congénitale, à commencer par la microcéphalie, anomalie provoquant un développement insuffisant de la boîte crânienne.

Le choix de la prudence

Cette mesure, si elle reste encore à préciser, notamment pour les cas de femmes enceintes rentrant en métropole, est mise en place à des fins de prévention, alors qu’aucun lien scientifique n’a clairement été établi entre cette maladie et le virus du Zika.

La pratique de ces nouveaux examens va également s’accompagner d’un renforcement des moyens humains et matériels, notamment avec une plus grande présence de sages-femmes et gynécologues sur ces territoires. L’un des premiers concernés est la Guyane, limitrophe du Brésil, fortement touché par l’épidémie.