Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Un enfant sur 3 saute le petit déjeuner

La rentrée des classes rime dans beaucoup de familles avec la reprise des habitudes. Des bonnes, mais aussi des mauvaises. Parmi elles, celle du petit déjeuner, encore trop peu souvent pris en considération. Selon une étude du CRÉDOC, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, c’est aujourd’hui en moyenne 3,4 enfants par classe qui arrivent à l’école le matin sans avoir mangé, 5,2 enfants dans les réseaux d’éducation prioritaire renforcée. Le sondage a été mené entre mai et juin 2015 auprès d’enseignants du CP au CM2.

Les motifs de la non-prise du petit déjeuner sont multiples. Pour 68 %, les raisons sont à chercher dans le contexte familial. Pour 47 %, elles sont imputables à un lever tardif, pour 17 % à un manque d’appétit.
Les conséquences sont une fatigue plus importante pour 82 % des élèves, une baisse de la concentration à 83 % et une participation moindre pour 61 %.

Le petit déjeuner représente 25 % des apports énergétiques quotidiens

Cette fatigue prématurée dans la journée s’explique par l’importance de ce premier repas. À lui seul, il doit représenter 20 à 25 % des apports énergétiques quotidiens chez l’enfant, soit, pour les élèves âgés de 7 à 11 ans, entre 350 et 450 kcal. Il doit se composer d’un produit laitier, de céréales, d’un fruit et d’une boisson, chaude ou froide.
La sensibilisation se révèle donc indispensable pour mettre en avant l’importance de ce repas chez les jeunes. Les enseignants en sont les premiers conscients : 86 % pensent que les fondamentaux de l’alimentation devraient être abordés à l’école.