Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Les Français découvrent les gestes qui sauvent

Les attentats de 2015 à Paris ont eu pour effet de motiver de plus en plus de Français à s’intéresser aux gestes qui sauvent. Les demandes de formation ont fortement progressé ces dernières semaines. Un point positif qui ne masque toutefois pas le retard pris en la matière. Un chiffre : tandis que 95 % de la population norvégienne est formée aux premiers secours, le taux est d’à peine 20 % en France (1,5 million de personnes). 


De même, alors que sur le papier la formation au PSC1 (premier niveau d’apprentissage) est devenue obligatoire à la fin de la classe de 3ème, cette mesure prend du temps à se mettre en place sur le terrain avec seulement 20 % des collégiens qui bénéficient de cet apprentissage de 8 heures.


Des gestes simples à réaliser pour sauver des vies


Pour les particuliers, la première formation accessible est limitée à 2 heures, avec l’initiation aux premiers secours. Ce temps, très court, permet pourtant d’apprendre les gestes élémentaires, comprenant sa propre mise en sécurité et celle du blessé, la vérification de son état et la réalisation des premiers secours.


Cela inclut aussi l’utilisation des défibrillateurs. Ces appareils aujourd’hui disponibles dans tous les lieux publics, s’ils se révèlent simples d’emploi, sont en effet un mystère pour la grande majorité des Français.