Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Les femmes moins bien diagnostiquées que les hommes en cas d’infarctus

Selon une étude anglaise, un tiers des personnes victimes d’un infarctus du myocarde font l’objet d’une erreur de diagnostic en arrivant à l’hôpital. Les premières concernées sont les femmes et les personnes âgées de plus de 80 ans. Pour les premières, le chiffre est de 40 % de risque supplémentaire par rapport aux hommes de faire l’objet d’un mauvais diagnostic.

Ce constat suit un autre : une meilleure prise en charge des patients aurait pu permettre d’en sauver un tiers supplémentaire, souvent grâce à des soins de base tels que l’administration immédiate d’aspirine.

Des douleurs très différentes pour la femme

Les principales erreurs proviennent de douleurs relativement trompeuses pour les femmes. En effet, celles-ci sont généralement sujettes à des maux gastriques ou à un fort essoufflement, bien loin des symptômes masculins qui sont, eux, désormais bien connus : une douleur au thorax qui se ressent dans le bras.

Une autre raison conduisant à un mauvais diagnostic est à chercher directement du côté des examens mis en place. En effet, des résultats atypiques peuvent aussi être trompeurs et aboutir à une erreur dans la prise en charge du patient.