Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Le système de santé français plutôt performant

Les Français bénéficient d’un bon accès au soin avec des dépenses restant à charge moins importantes que dans la majorité des pays. C’est ce qui ressort du Panorama de la santé 2015 réalisé par l’OCDE. Ainsi, les Français ont en moyenne à régler 7 % des dépenses de santé totales. Dans les autres pays de l’OCDE ce chiffre est porté à 20 %. De fait, la part financière dédiée aux frais médicaux est également moindre, de seulement 1,4 % de la consommation totale des ménages, soit moitié moins que dans les autres pays.

En revanche, les dépenses de santé, comparées au PIB, sont plus élevées en France qu’ailleurs, représentant en 2013 10,9 % du PIB, contre 8,9 % en moyenne hors de nos frontières. La faute, principalement, à une consommation importante d’antibiotiques (le pays est à la 3ème place des plus gros consommateurs) et à la part encore faible des médicaments génériques. Celle-ci correspond désormais à 30 % du marché pharmaceutique. Elle est de 48 % dans les pays de l’OCDE.

Une espérance de vie parmi les meilleures

À l’inverse, les Français sont moins souvent présents dans les cabinets médicaux, consultant en moyenne 6,4 fois par an. Cela n’influe en rien leur espérance de vie, fixée à 82,3 ans, contre 80,5 ans dans les pays de l’OCDE. Cela classe la France à la 5ème place. Mais les disparités sont importantes entre hommes et femmes. Pour ces dernières, elle est de 85,6 ans, les plaçant à la 3ème place des pays de l’OCDE, tandis qu’elle est de 79 ans pour les hommes.

Côté mauvais point, le tabagisme est plus important qu’ailleurs, avec en moyenne 24 % de fumeurs (20 % dans les pays de l’OCDE) et une consommation d’alcool comptant parmi les plus élevées avec 11,1 litres d’alcool pur par habitant (la moyenne est à 8,8 litres par an). Enfin, si l’obésité est moindre, elle se révèle toutefois en progression constante : elle concernait 1 adulte sur 9 en 2000, 1 sur 7 en 2012.