Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

La musique associee aux soins de sante

La musique adoucit aussi les patients. Depuis deux ans, l’hôpital Sainte-Périne, à Paris, expérimente cette nouvelle forme d’apaisement appliquée lors des actes douloureux. Surnommée le « pansement Schubert » par son exécutrice, la violoncelliste Claire Oppert, cette méthode permettrait de réduire de 10 à 30 % la douleur.

Ces résultats s’expliquent avant tout par une action sur l’anxiété. La musique agit également en favorisant la décontraction musculaire. De ce fait, le ressenti de la douleur est moins important.

Une contre-stimulation sensorielle

La musique agirait selon le principe de la contre-stimulation sensorielle. Ainsi, il n’est pas question de venir remplacer les médications habituellement utilisées comme la morphine. Cette méthode musicale est davantage là pour augmenter le bien-être et apporter une donnée différente, participant avec l’ensemble des autres éléments à réduire la sensation douloureuse.

C’est avant tout l’apaisement qui est ainsi recherché et apprécié par les patients qui ont pu tester cette technique. Un pas de plus dans le sens de la prise en compte de la douleur et dans la recherche de sa gestion.