Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

La dépression, en lien avec le niveau d’éducation ?

Selon l’OCDE, le niveau d’instruction pourrait influer sur l’état dépressif des adultes. C’est du moins ce qui ressort de son récent rapport sur l’éducation. En s’appuyant sur des études réalisées à travers le monde, il apparaît que les 25-64 ans non diplômés de l’enseignement secondaire étaient deux fois plus nombreux que les diplômés de l’enseignement supérieur à déclarer avoir connu un épisode dépressif au cours des 12 derniers mois précédant l’étude.

Toujours selon le rapport, les plus instruits présenteraient une espérance de vie plus longue et un taux de morbidité moindre. La première raison en serait les opportunités plus grandes offertes aux personnes disposant d’un plus haut niveau d’instruction.

Un état dépressif aux causalités multiples

L’étude présente toutefois des limites. En effet, tous les pays ne connaissent pas le même degré de différence suivant le niveau d’éducation. De même, si les femmes apparaissent plus sujettes à l’état de dépression, elles sont en même temps moins concernées lorsque leur niveau de formation est élevé.

Enfin, le chômage comme l’inactivité sont des facteurs majeurs du mal-être, augmentant la tendance à la solitude, accompagnée de problèmes d’argent. Deux conséquences auxquelles les plus instruits semblent mieux protégées.