Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

L’infarctus du myocarde touche plus en plus de femmes jeunes

On en parle peu et pourtant, les maladies cardiovasculaires chez les femmes sont aujourd’hui responsables de davantage de décès que les cancers en Europe. La première cause est l’infarctus du myocarde. En seulement 15 ans, celui-ci a été multiplié par trois chez les femmes de moins de 50 ans, alors qu’il est encore trop souvent considéré comme l’un des maux touchant principalement les femmes âgées de plus de 65 ans.

Les signes d’alerte sont également très mal connus. Si, chez l’homme, la douleur dans la poitrine se prolongeant au bras gauche est bien connue, pour la femme, ces symptômes sont absents dans 43 % des cas. À l’inverse, les signes avertisseurs font généralement penser à une crise d’angoisse, comprenant une douleur au milieu du dos, l’apparition de nausées, d’un essoufflement et des palpitations à l’effort, accompagnés d’une sensation de fatigue. Cette particularité a une conséquence : les femmes sont moins bien dépistées et souvent très tardivement.

Le tabac, en cause dans 60 % des cas

La progression de l’infarctus du myocarde chez les femmes jeunes provient principalement d’une évolution dans les habitudes de vie. La première cause est d’ailleurs le tabac, impliqué dans 60 % des cas détectés avant 60 ans. Le risque est aussi plus élevé à partir de 35 ans pour celles combinant à la fois la cigarette et la prise d’une pilule contraceptive avec des œstrogènes et des progestatifs. L’obésité arrive en deuxième position.

Parmi les recommandations médicales, il est aujourd’hui mis en avant la nécessité d’une vigilance accrue à trois périodes clés de la vie des femmes : la prise de contraception orale, la grossesse liée aux risques d’hypertension et la ménopause, notamment avec la prise de traitements hormonaux.