Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Des signes annonciateurs de l’infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde présente des signes avant-coureurs. C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs en Angleterre. Ils ont étudié 130 000 cas de personnes décédées d’un infarctus du myocarde entre 2006 et 2010. Les analyses ont montré que la moitié d’entre eux s’étaient rendus dans un hôpital au cours du mois précédant leur mort. 


Parmi ces derniers cas, le premier médecin rencontré avait conclu au bon diagnostic dans 42 % des cas. Dans un tiers des dossiers d’hospitalisation, aucun infarctus n’avait été décelé. Pour ceux-ci, même si aucun diagnostic n’a pu être posé préalablement, beaucoup ont présenté des symptômes semblables. Il s’agissait le plus souvent d’une affection circulatoire telle qu’un arrêt cardiaque ou une fibrillation auriculaires (35 %). 


Les troubles respiratoires, parmi les signes annonciateurs


Les maladies chroniques et les pneumonies étaient diagnostiquées dans 12 % des cas étudiés. Le dernier élément commun souvent présent concernait l’apparition de douleurs thoraciques et de difficultés respiratoires pour 6 % des dossiers.


Cette étude, si elle se confirmait, pourrait donner lieu à une plus grande identification des risques d’infarctus. Elle pourrait permettre la mise en place d’un suivi plus ciblé afin de prévenir le risque. L’infarctus représente encore aujourd’hui la première cause de décès. En France, il est responsable de 10 % des décès.